2 jours de randonnée dans la vallée des merveilles, Mercantour

Les photos ne sont pas libres de droit. 
Me contacter si vous souhaitez utiliser un visuel
Merci utiliser le copyright : © www.salade-nicoise.com | Ravary Laurie 

L’idée d’une randonnée sur plusieurs jours trottait dans ma tête depuis un moment. L’idée de bivouaquer en pleine nature me réjouissait ! Dormir en altitude a pour avantage de se trouver aux premières loges le matin quand la nature s’éveille, quand les animaux sortent le bout de leur nez. Mais bivouaquer ça se mérite car le matériel à transporter est lourd, l’effort physique intense…

Samedi 22 juillet : Première journée. 
La météo s’annonce bonne sur les 2 jours, avec une température avoisinant les 20 ° en journée et 8° en soirée. 
Nous arrivons au parking du pont du Countet à Belvédère à 8 heures, moment où nous abandonnons la voiture. Après avoir endossé nos sacs d’environ 15 kg, nous commençons notre ascension. Le panneau en bois nous indique une randonnée d’environ 4 heures depuis le pont vers la Vallée des Merveilles (nous serons loin du compte…). Notre altitude de départ est d’environ 1692 mètres.

Le parcours nous donne du fil à retordre avec un dénivelé positif d’environ 600 mètres ! Nous faisons de nombreuses pauses pour reprendre notre souffle. 
A midi, nous demandons à un guide qui croise notre chemin à combien de temps de marche se situe l’arrivée (le Refuge des Merveilles) – Encore 3 heures – Notre temps de parcours se trouve déjà presque doublé à notre allure ! Après cette nouvelle cinglante et le moral dans les chaussettes, nous décidons de prendre une pause d’une heure pour déjeuner en compagnie de nos amis les chamois et les marmottes.

Je tiens à préciser que nous sommes novices en randonnée et donc pas habitués à tant de dénivelé.

Nous devons presser le pas pour boucler les derniers kilomètres jusqu’au Refuge des Merveilles, car il est interdit de bivouaquer ailleurs dans la Vallée des Merveilles.
Le poids des sacs semble avoir triplé et les nerfs craquent, pour ma part. Je me demande quand nous atteindrons le but ! Je subis la randonnée plutôt que de l’apprécier, l’envie de faire des photos n’est même plus là, et ça, c’est plutôt pas bon signe ! À cet instant précis, j’ai envie d’abandonner… Mais mes compagnons de voyage me remontent le moral et m’encouragent à continuer ! – Un grand merci à eux –

L’ascension du Pas de l’Arpette est la cerise sur le gâteau, tellement le dénivelé positif est important : 819 mètres ! Nous nous retrouvons maintenant à 2501 mètres d’altitude et il est 14h30 ! Après cette dernière ascension, un panneau nous indiquent encore une heure avant d’arriver au Refuge. Nous soufflons, et retrouvons le sourire car pour la première fois depuis des heures et des heures, le dénivelé est négatif !

Nous atteignons le Refuge vers 15 h 30 : Nous trouvons un emplacement où le terrain est assez plat pour planter notre tente. Le bonheur de pouvoir se reposer un peu n’est hélas qu’un doux rêve. En effet, il est interdit de planter la tente avant 19 heures ! Encore quelques heures à patienter avant de pouvoir étendre les gambettes. Un vent violent souffle sur la Vallée et les températures baissent vite. Nous sortons les coupes vents, les écharpes, les bonnets !

Le site dispose de nombreux panneaux d’explications, sur les gravures préhistoriques, la faune, la flore présentes dans la Vallée… Un bon moyen de passer le temps tout en prenant connaissance de notre environnement.

18H15, les guides viennent vérifier qu’aucune tente n’est encore en place… – sans commentaires –

A 19 heures, il nous faudra peu de temps pour installer notre campement. Nous sommes environ à 2116 mètres d’altitude. Après « diner » (qui est un mot bien pompeux pour le repas que nous avons fait !), nous nous installons pour dormir. La nuit tombe et sera noire, froide, sans étoiles avec un vent bien présent. Le vent fera claquer la toile de tente toute la nuit, et des éclairs déchireront le ciel. Notre sommeil se fera par intermittence. Quand je dis que c’était une nuit noire, elle a été plutôt blanche, aussi ☺

05h45 : Nous nous levons avant l’aube, pour profiter d’un magnifique et doux lever de soleil et pour prendre quelques clichés. Nous décidons de prendre un café au refuge avant notre départ. Le temps de plier bagages, de profiter de la salle d’eau du refuge (normalement réservée aux clients) et c’est déjà reparti.

7h20: Nous prenons la route du retour, le vent de la veille a chassé tous les nuages. La vallée est magnifique. Les marmottes et Chamois s’éveillent doucement. Les panneaux en bois nous proposent de prendre un itinéraire de 30 minutes (donc 1h30 avec pause ?) vers les fameuses gravures de la vallée des Merveilles. Mais la journée de la veille et la nuit difficile ont eu raison de notre décision, nous ne prendrons pas cet itinéraire… À regrets, sincèrement… Mais notre corps en a décidé autrement !

Il nous reste 395 mètres de dénivelé avant d’atteindre le sommet du Pas de l’Arpette, le temps indiqué est d’une heure, mais nous mettrons 1 h 30. Décidemment ! De nombreux bouquetins et marmottes accompagnent notre ascension. Que c’est beau ! Nous sommes seuls au milieu de nulle part. Nous apprécions le panorama et la chance d’être là ! La vue est splendide et le soleil laisse apparaitre les différents pans de montagne.
Nous attaquons prudemment la descente qui s’annonce difficile au début, à cause du vent encore présent en altitude. Nous progressons à notre rythme sur les chemins escarpés.
Finalement, avec un rythme assez soutenu, il nous aura fallu seulement deux pauses dans cette descente (et 3 heures !) avant d’arriver au parking du Countet, le point final de notre excursion.

Mon avis : Une randonnée très très sportive, que je ne conseille pas aux personnes de mon niveau. J’aurais préféré commencer par plus doux, je ne me suis pas rendu compte… Nous nous sommes lancés dans cette randonnée, en nous basant sur l’avis de randonneurs/blogueurs qui affirmaient qu’il s’agissait d’un exercice facile avec peu de dénivelé (FAUX !). Malgré la beauté de la balade, il n’est, selon moi, pas conseillé de se lancer sans entrainement ! Sauf si vous voulez vous retrouver avec d’énormes courbatures pendant plusieurs jours !

++ Les animaux tout au long du parcours / le panorama
— Le dénivelé tout au long du parcours (surtout avec un sac de 15 kilos)

 

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS SUR CET ITINÉRAIRE

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

38 + = 48